• L'aumône est un remède

                 Ma mère Aicha, que Dieu ait son âme, m'a raconté de nombreuses histoires, la plupart d'entre elles relèvent de la fiction avec une morale et ont eu lieu dans un passé assez lointain. Mais l'histoire que je vais relater ici s'est  passée  dans notre pays, il y a très peu de temps. Une histoire réelle du répertoire de ma maman.

                 Un homme, un richissime, très pieux. Il était malade. Il avait une insuffisance rénale très accentuée. Il devait donc épurer son sang et passer par l'hémodialyse trois fois par semaine. C'était pénible pour lui, surtout parce qu'il était un homme d'affaires  qui devait beaucoup se déplacer. Cette méthode ne lui donnait que très peu de liberté et d'autonomie. Pourtant, il n’arrêtait pas de remercier Dieu. «Hamdoullah disait - il, ça aurait pu être pire ». Comme il était très riche, les médecins lui ont proposés de faire une annonce dans des journaux pour chercher un donneur de rein qui lui sera greffée. Alors chose dite, chose faite. Après plusieurs jours, on a trouvé un donneur qui a demandé 100 millions de centimes pour son rein. Et quand les deux hommes se sont rencontrés, le receveur, c'est à dire le malade a demandé au donneur pourquoi il voulait vendre son organe. Il a répondu qu'il était très pauvre, sans travail et que cet argent va lui servir à acheter un bus qu'il utilisera pour transporter les gens et ainsi il fera vivre sa famille. Alors le receveur lui donna les 100 millions et lui a dit d'aller acheter le bus et qu'il pouvait garder son rein car c'est Allah qui donnait et enlever la vie.

             Plusieurs jours passèrent et le malade ne s'est pas présenté à la machine pour épurer son sang. Comme son entourage et surtout sa famille était mort d’inquiétude pour lui, ils ont appelé son médecin qui n'a pas cru que son ami et son patient n'est pas passé par l'hémodialyse depuis plus d'une semaine. Alors, il lui a demandé  de faire quelques analyses. Résultat; ce malade n'était plus malade, ses reins fonctionnaient à merveille. Il n'avait plus besoin d’hémodialyse. La Sadaka, l’aumône l'a guérie.

    « Pélerin sans pèlerinageNsibti Laazziza »
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :