• Enfants ramasseurs de pains secs

          Enfants ramasseurs de pains secs     Depuis pas mal de temps, je voulais écrire un article sur ces enfants qu'on retrouve dans les quartiers de la ville. Ils "travaillent" par groupe de deux ou trois. Ils sillonnent les rues, monter sur leur âne ou à pied. Ils ramassent le pain sec.

           Il y a quelques jours, un de ces garçons a frappé à ma porte. Nous avons discuté un bon moment. Voilà le dialogue du premier jour.

    Il avait les bras autour du cou de son bourricot, une brindille à la main. Il n'était pas très propre. Il était très mal vêtu. La pauvreté se voyait en lui.

    - Salam ya si Hadj, du pain sec, y a un peu? me lance -t-il.

    Sa voix était à peine perceptible, ça doit être la fatigue. Dès qu'on le voit, on comprend tout de suite ce qu'il voulait.

    - Ehhh..Peut être! Attends je vais voir. lui ai - je répondu.

    Je suis revenu avec un petit sac de pain sec en enchainant :

    - Tu ne dois pas être à l'école aujourd'hui?

    Il n'a pas l'air d’être surpris. Il devait s'attendre à cette question. Il ne me répondit pas. J'ai insisté.

    Alors, il me répondit sans gêne:

    - Si, je vais à l'école mais aujourd'hui c'est samedi.

    je mets sa pendule à l'heure.

    - Non aujourd'hui c'est mercredi.

    - Mercredi? Wallah je ne sais plus. C'est vrai notre moualima ( maitresse d'école) est malade, elle va accoucher.

    Je fais semblant de le croire. "attends voilà 10 da, c'est pas beaucoup mais reviens demain et tu auras inchallah plus."

         Said, c'est son prénom, est revenu quatre jours plus tard.

        - Salam, Said, comment vas tu ?

        - Labès.. .

       -  Il n'y pas classe aujourd'hui yak? dis je.

      - Ya si Al hadj moi l'école c'est fini. Je dois aider ma famille. Chouf (regarde) tu me donnes quelques sous et laisse moi partir. J'ai du boulot.

      - Tu es pressé ??

      -Oui, alkhoubza ( le pain quotidien) est difficile. tu m'as promis la dernière fois de me donner de l'argent alors...

      - Oui , Said, c'est vrai, attends, voilà. Tu es satisfait???

        Il me défigura pendant une éternité, se détourna de mon regard.Il était égaré, dérouté, il a perdu toute la confiance qu'il avait. Il regardait des enfants  jouaient .Soupira et  murmura à l'oreille de son âne "on est  différent" puis il disparait.

              Said est parti mais il y a tellement de Said qui courent les rues  à la recherche du pain sec sans aller à l'école. Et dire que nous sommes en 2015.

    « Tel est pris ...Proverbe raciste »
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :